Divorce / Séparation : la culpabilité parentale

Une séparation s’accompagne presque obligatoirement d’une charge plus ou moins lourde de culpabilité et/ou de culpabilisation.
Cependant, être responsable ne veut pas dire être coupable.

Etre le parent responsable, c’est-à-dire à l’origine de la rupture ne signifie pas être coupable ni de la décision ni du bouleversement qui en est la conséquence.
Etre un parent responsable, c’est assumer sa décision d’adulte et savoir anticiper le mieux possible les conséquences pour l’enfant.
Malheureusement, trop souvent, celui qui décide la séparation devient le bourreau de son conjoint et de la famille.

La culpabilité vécue par le parent qui est à l’initiative des bouleversements qui vont être imposés à l’enfant est un facteur qui peut détériorer la relation et plus tard le lien avec l’enfant.
Si ce parent n’est que dans la compensation, financière, cadeaux, permissions ou qu’il n’arrive plus ou n’est plus en mesure d’exercer une quelconque autorité, l’enfant risque de tester l’art de la manipulation et d’en faire une habitude.
Il faut comprendre que chez un enfant, surtout petit, cette manipulation est instinctive. Il ne raisonne pas, ne prémédite pas. Il se sert de ce qu’il connait et de ses armes pour refuser la situation et espérer retrouver la sécurité, facteur inhérent à son bien-être.
Il aura ainsi compris que s’il pleure, le parent culpabilisé cédera.
Le comportement inverse pourra également donner le même résultat. L’enfant fait une colère, hurle, frappe ou est infernal. Le parent cédera, épuisé, malheureux et encore plus culpabilisé de devoir se fâcher.
Et si le parent autorise ce comportement, l’enfant gardera ce fonctionnement pour tirer avantages de la situation imposée et plus tard s’affranchir de l’autorité et des règles.
Plus grand, l’enfant ou l’adolescent qui rentre dans le jeu de la manipulation souffrira du sentiment de dévalorisation de l’image parentale ce qui se traduira bien souvent par la distension des relations et du lien avec le ou les deux parents.
La manipulation n’est possible que grâce à la culpabilité. C’est un fléau qu’il faut exterminer au plus vite des comportements dès la séparation, pour l’évolution de l’enfant et du lien avec le ou les parents.