Divorce / Séparation : l’enfant et la séparation (2/2)

Quand les parents se séparent, c’est la séparation du couple.
Mais avez-vous déjà essayé d’imaginer vos parents en train de faire l’amour ? Rares sont ceux qui y parviennent.
Pour un enfant, ses parents sont des parents, pas des individus avec une vie de couple.
Avec la maturité, si la représentation des parents peut perdre de son « omniscience » et qu’ils deviennent juste des humains faillibles pour l’enfant devenu adulte, leur sexualité restent le plus souvent hors de sa perception.

L’enfant ne percevant que le vécu parental de ses parents, il ne peut concevoir et comprendre la séparation qu’en relation avec lui-même.
Petit, se vivant comme le centre de la relation avec son parent, il pense que son père (sa mère, quelque fois) est parti(e) parce qu’il n’a pas été assez gentil, parce qu’il pleurait trop, etc.

Si la séparation parentale ne lui est pas expliquée, c’est ce sentiment qui risque de s’inscrire en lui, le message que son parent ne l’aimait pas ou pas assez pour rester, parce que lui, l’enfant, n’est pas assez aimable, pas digne d’être aimé.

Et si le lien avec ce parent n’est pas privilégié rapidement après la séparation, ce sentiment aura de plus en plus de mal à laisser la place à une réalité bien différente et pourra induire plus tard un manque de confiance en soi probant.
Il pourra aussi développer de la culpabilité en réponse à l’état de tristesse et de souffrance du parent qui est quitté.

Il est important que l’enfant ne soit pas investi d’un besoin ou d’une responsabilité inhérente à la séparation ou à l’absence du deuxième parent.
Un enfant n’est pas là pour consoler le parent, combler ses manques ou remplacer l’absent dans une fonction. Et encore moins pour venger l’un des parents en étant l’instrument de la punition.

Bien sûr, au début, le petit garçon aura sûrement envie de remplacer papa pour consoler sa maman, de devenir le nouvel homme de la famille. La petite fille aura envie de consoler papa et de s’occuper de lui. Le grand frère pourra avoir envie de régenter son petit frère ou sa petite sœur.

C’est aux parents de faire comprendre à l’enfant que cela n’est pas son rôle et qu’il doit rester l’enfant.

Si un déséquilibre s’installe dans les relations entre l’enfant et le parent, il est souvent le signe d’une culpabilité pernicieuse chez l’adulte ou d’un conflit de loyauté chez l’enfant.

L’enfant a besoin que la séparation parentale lui soit expliquée, quel que soit son âge, même bébé. Dans la plupart des cas, l’enfant sait que ses parents sont en souffrance et cela le met lui aussi en souffrance et en insécurité.

Comprendre ce qui peut se passer pour l’enfant, selon son âge, ses relations avec l’autre parent et les modifications du contexte familial dues à la séparation permet de repérer des pertes de repères génératrices d’angoisses et d’aider l’enfant à s’adapter à la nouvelle organisation de sa vie.